Nadia et Ersa: Chapitre 15

Tadaaa, l’histoire avance lentement mais surement!

Bonne lecture!

***************************************************

Nadia passa les deux semaines suivantes à suer et souffrir durant les entraînements. Ses journées n’étaient quasiment consacrées qu’à cela. Elle avait à peine le temps de prendre ses repas. Dormir ne constituait qu’une maigre consolation. Elle sombrait dans le sommeil avant que sa tête ne touche l’oreiller et avait l’impression d’être restée couchée seulement une poignée de secondes, se réveillant toujours épuisée et le corps lanciné de courbatures.

Malgré toute cette souffrance et cette exténuation accumulées, elle avait appris beaucoup de choses : bien que son adresse restait encore à travailler, elle avait manié diverses armes, notamment l’arc et l’épée, construit des pièges, réfléchi aux différentes critères garantissant leur bon fonctionnement, et amélioré ses compétences au combat corps à corps.

Ses adversaires étaient bien plus robustes que ceux de Kaba. Au début de son entraînement, elle subissait à chaque fois une défaite cuisante, réussissant à peine à effleurer son adversaire.

Les chevaliers ne dissimulaient pas leurs messes basses lorsqu’elle s’approchait d’eux. Évidemment, ils s’interrogeaient sur la raison de sa présence en ce lieu. Il y avait de quoi décourager le plus déterminé…

Tous les jours, Nadia s’entraînait plus tard que les autres sur un mannequin, avec l’énergie du désespoir. Un soir, en se dirigeant vers les vestiaires, elle entendit la prononciation de son nom fictif. Non loin d’elle discutaient des organisateurs. Malgré qu’elle soit complètement épuisée, elle s’approcha pour mieux entendre.

-Ce petit a de bons réflexes.

-Oui, c’est difficile à voir, mais je ressens en lui une ardeur qui peut le pousser à faire des progrès considérables. La rage de vaincre est un très bon moteur pour développer sa force. C’est ce qui manque aux autres chevaliers qui pensent déjà avoir les aptitudes nécessaires pour réussir et qui se relâchent.

Ces paroles avaient décuplé sa volonté. Elle se les remémorait pour nourrir sa détermination, pour qu’elle ne s’estompe pas,pas même un peu. Le souvenir de sa famille constituait également un excellent soutien moral. A présent, elle évitait mieux les coups et réussissait même à en donner plusieurs à la suite- bien qu’elle n’accumulait pas encore les victoires.

Mais tout ceci n’était pas la seule cause de son épuisement quotidien. Elle subissait les brimades répétées des autres, notamment Sabin et Dick. Ils diffusaient sans ménagement des rumeurs sur elle, dépassant parfois les limites de l’obscénité. Elle prenait sur elle et les ignorait. Ce qu’elle avait à faire était primordial et ces moqueries puériles ne valaient pas la peine qu’elle s’attarde dessus.

Bien sur, elle n’avait pas le temps de réfléchir à un plan pour voir Ersa…

Un jour de la troisième semaine, comme d’habitude, elle s’entraînait plus tard que les autres, jusqu’à ce que la nuit tombe et que la Lune éclaire son ombre. En comparaison à la chaleur étouffante de la journée, lorsque le crépuscule tombait, l’air semblait se rafraîchir considérablement.

Elle tenait une épée rouillée et s’entraînait à réaliser divers mouvements avec. Elle ne l’avait quasiment pas quittée depuis l’aube, et ses mains étaient pleines d’ampoules rougeâtres. Cette douleur lui était familière de façon amusante , cela lui rappelait lorsqu’elle était avec son pauvre bâton.

Parmi toutes les armes, l’épée était celle avec qui elle se sentait le plus à l’aise. Sa longue lame lui procurait un sentiment de sécurité, contrairement à la lance ou à l’arc où elle se sentait exposée au danger, et elle était plus facile à manier par sa légèreté.

Elle découpait l’air, s’imaginant qu’il s’agissait de murs en acier- cette idée l’amusait et l’aider à poursuivre son entraînement- lorsqu’elle entendit le craquement des herbes derrière elle.

Elle sursauta avant de se retourner, persuadée qu’on lui ordonnerait de rentrer.

En apercevant cette grande silhouette intimidante, vêtue de la tenue d’entraînement des Combattants (c’était étrange de le voir arborer la même tenue qu’elle, ils n’avaient pas du tout la même allure), tenant une épée à la main, elle se sentit figer, son coeur cessant une seconde de battre avant de reprendre son cours, plus rapidement.

Le Capitaine la fixait, impassible, tout en s’approchant d’elle. Bien qu’il semblait moins impressionnant que la première fois qu’elle l’avait vu, l’aura écrasante, chargée d’une puissance contenue, qui se dégageait de lui était identique.

Au loin, les criquets entamaient leur chant nocturne.

Se remettant de sa surprise, Nadia s’empressa de faire le salut. Inconsciemment, elle se rappela des premières paroles qu’il lui avait adressées à propos de ça. Le Capitaine le fit également, et on sentait une certaine habitude dans son geste, contrairement à Nadia qui le faisait toujours précipitamment.

Tout en se demandant ce qu’elle devait ensuite faire, retourner à ses occupations ou lui demander ce qu’il faisait là, elle compta mentalement ses pas qui le rapprochait d’elle. 12. Elle préféra lui laisser la parole, et se demanda curieusement ce qu’il pourrait dire.

-Ton rythme est trop rapide, et tes mouvements pas assez fluides. Tu te fatigues plus rapidement.

C’était une constatation mais son ton donnait une impression de défi.

-Très bien…

Elle essaya de nouveau, en ralentissant son rythme.

-On dirait que tu apprends à nager.

Nadia ne marqua pas de pause, guettant une remarque positive de sa part. Mais quoi qu’elle fasse, le Capitaine se limitait à des critiques désobligeantes.

Gagnée par l’irritation, elle s’arrêta.

-Je pensais que tu serais plus persévérant.

-Je n’abandonne pas, répliqua Nadia, avant de baisser d’un ton en voyant qu’elle avait laissé l’agacement agir sur sa voix. Je n’arrive pas à comprendre comment je dois faire exactement.

Le Capitaine la fixa un moment, bien trop long pour elle. Elle fit de son mieux pour ne pas broncher et soutenir son regard. Elle ne voulait pas faire preuve d’insubordination, juste lui prouver qu’elle n’était pas du genre à faiblir facilement. Au lieu de lui expliquer ce qu’il souhaitait d’elle, il changea de sujet :

-Tu t’entraînes tous les jours, jusque tard, même après que les autres soient rentrés. Tu ne t’arrêtes jamais. Et pourtant, tu es plus faible que les autres.

Nadia se retint de faire la moue.

-Mais…

Le regard du Capitaine devint plus profond, ce qui déstabilisa la jeune fille. Prise de court, elle baissa automatiquement les yeux et jura de cet acte.

-Tes yeux sont plus vivants que ceux des autres. Les chevaliers sont avides à l’idée de devenir un Combattant. Mais toi, tu sembles vouloir plus que ça.

Nadia fronça les sourcils pour paraître plus crédible dans ses paroles.

-Je ne vois pas de quoi vous parlez.

-Je l’ignore également. Enfin, il s’agit de tes motivations personnelles, je n’ai pas de raison de les connaître. Tu m’intriguais un peu.

Nadia sentit son corps se chauffer. Quelque chose lui disait que rares étaient les personnes qui entendaient ce genre de paroles de sa bouche. Il semblait complètement hors d’atteinte. Soudain, Nadia éprouva l’envie, le besoin de voir l’homme le plus fort du royaume à l’oeuvre. Le mélange de curiosité et d’excitation lui fit lâcher cette demande :

-Pourriez-vous m’accorder une démonstration ?

Le Capitaine fit danser furtivement l’épée dans sa main, comme s’il s’agissait d’un simple bâton.

-Je propose mieux : on s’accorde un petit combat.

Le ventre de la jeune fille se noua à cette idée, et elle ressentit des élancements dans la poitrine.

De la peur…

Elle avala péniblement sa salive.

-Mais…le résultat est évident…

-Ne t’inquiète pas, ce sera juste pour que tu te rendes compte des points à améliorer.

Quelque chose lui intriguait dans la situation. Il ne lui fallut pas beaucoup de temps pour mettre le doigt dessus.

-Pourquoi m’aidez-vous ?

Le Capitaine recula pour mettre plus d’espace entre eux et se mit en position de combat, le pied gauche en avant, l’épée devant lui. Son attitude inspirait le savoir-faire, la maîtrise suprême de l’art du combat. Nadia l’imita bien qu’elle avait l’impression d’être une simple enfant face à lui.

-Je ne t’aide pas. Je suis juste curieux de voir de quoi est capable un garçon venu du village,

Après un court instant sans que l’un deux ne bouge, Nadia comprit qu’il attendait qu’elle charge en première,

« Advienne que pourra… »

Elle s’élança, l’épée levée et la fit tournoyer à la hauteur de la tête du Capitaine. Elle tenta de mettre toute son assurance dans ce coup. Tandis que l’épée passa si près de sa tête que Nadia se demanda si elle n’allait pas le décapiter réellement, il s’écarta à la dernière fraction de seconde et pointa la partie tranchante de la lame près de sa gorge. En déglutissant avec peine, elle fit un pas en arrière et se baissa, puis tourna son pied pour exécuter un croche-pied à son adversaire. Ce dernier l’évita avec un petit saut, tout en pointant le bout de son arme vers l’arête de son nez. Nadia s’efforça de contrôler ses tremblements et de ne pas fixer la lame scintillante.

-C’est tout ?

Il avait prononcé ces paroles d’un ton dénué de tout sentiment, ce qui agaça Nadia. Elle lui adressa un regard perçant.

Elle attrapa la lame du Capitaine à pleine main, et l’abaissa sans difficulté, puisque la prise sur elle avait été légèrement relâchée à cause de la surprise de son propriétaire. Ignorant la lueur d’étonnement dans le regard de celui-ci, Nadia se releva sur un genou et leva son épée vers la joue de son adversaire. Le Capitaine arrêta la lame au dernier instant de sa main inoccupée. Ils restèrent ainsi, chacun serrant l’arme de l’autre dans leur main, se contentant de se fixer silencieusement, au milieu du chant des criquets, ignorant les gouttes de sang qui tombaient de leurs paumes éraflées.

Nadia sentit un sourire de fierté se former sur son visage. Ses veines étaient encore pulsées d’adrénaline. Elle adorait cette sensation et s’en délectait comme on délecte un verre d’eau après une dure journée de labeur sous un soleil impitoyable. Mais elle sut qu’il y avait un problème, en constatant que les sourcils du Capitaine se froncèrent. Il n’était plus surpris. Mais plutôt perplexe, intrigué…

Tout en abaissant la lame de Nadia, il s’approcha d’elle. Elle voulut libérer son arme de sa main mais son emprise emportait sur elle.

Au moment où elle croisa de nouveau le regard sombre du Capitaine, ce dernier lâcha :

-Il me semble que je te connais.

Le corps entier de la jeune fille se crispa, semblant se réduire à son coeur qui battait sourdement. Ses mains devinrent moites, mais elle ignorait s’il s’agissait de son sang ou de la sueur, ou des deux.

Soudain, elle se rappela d’un détail qu’elle avait complètement omis, trop intimidée par le Capitaine. Un détail important.

Cet homme, qui en plus d’avoir été présent lorsque le prince avait pris Ersa, connaissait son père.

Tout à coup, il lui parut plus familier. Devant cette affirmation, il lui semblait que le Capitaine faisait partie d’un de ses souvenirs tombés dans l’abysse de son esprit…

Elle baissa prestement la tête, tentant de remettre de l’ordre dans ses pensées. Elle était complètement perdue.

-Je…vous vous trompez…

Elle espérait que le Capitaine ne remarque pas son ton légèrement bouleversé. Elle lâcha son épée, remarquant qu’elle avait inconsciemment raffermi sa prise sur elle, accentuant la douleur de sa paume entièrement poisseuse de liquide rougeâtre. Elle murmura une excuse et se hâta de le quitter, sentant le regard du Capitaine dans son dos. Juste avant de refermer la porte des vestiaires derrière elle, elle l’entendit lui dire :

-Ta prise sur l’épée est trop rigide.

*********************************************************************************

Voilàà, le chapitre 15 est bouclé! Je l’ai écrit sur le chemin pour aller en Espagne, sous une chaleur quasi étouffante, et pourtant, c’est le chapitre que j’ai pris le plus de plaisir à écrire! Ca faisait un moment que je voulais raconter leur confrontation! Voilà, j’espère que ça vous a plu!

0 Réponses à “Nadia et Ersa: Chapitre 15”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




Blog du niveau intermédiaire |
Cpscout |
Englishstories |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 3teenags
| Melissa vous dis tous ...
| Le blog de Christie