• Accueil
  • > Histoire: Avec toi...(one shot)

Archive pour la Catégorie 'Histoire: Avec toi…(one shot)'

Avec toi, pour toujours…

Avec toi, pour toujours... dans Histoire: Avec toi...(one shot) dscf1159-300x224

Cette petite histoire est dédiée à une pote dont j’admire le courage et le gentillesse dont elle sait faire preuve, même dans les moments les plus difficiles.

Hey, quoi qu’il arrive, compte sur moi pour t’aider à remonter la pente (même si je suis bête, zarbi, dingue et psychopathe.)!! Oui oui, je sais, je suis trop sympa…heum heum

J’espère que cette histoire te plaira et réussira à te consoler ne serait-ce qu’un peu ;)

Yosh!!^^

***

‘’Pas trop dur les cours ?’’

Elle marchait en silence, sous le ciel crépuscule qui se déployait au-dessus d’elle, telle une couverture qui essayait de réchauffer son cœur.

‘’Mange bien tes épinards !’’

Les paroles de cette personne qu’elle chérissait tant résonnaient à ses oreilles, à la fois tendrement et douloureusement.

‘’Allez, fini l’ordi et au lit !’’

Tout en se dirigeant vers sa destination, elle tenta de fredonner une mélodie qu’elle connaissait très bien, mais sa voix resta coincée dans sa gorge et elle n’émit qu’un son rauque. Elle se contenta alors de passer en boucle la musique dans sa tête, jusqu’à ce qu’une autre vienne la remplacer, puis une autre, et ainsi de suite.

‘’Ça te dirait d’aller à Mc. Do ?’’

Elle leva les yeux vers le ciel. Il y avait une couleur orangée teintée de fonds bleutés, où des nuages encore rosées commençaient à apparaître. Dommage, c’était une belle journée. Un groupe d’oiseaux traversa ce dernier et se posa sur l’arbre le plus proche. Un filet de fumée tracé indiquait le passage récent d’un avion.

‘’Ne compte pas sur moi pour une augmentation !’’

Elle écoutait le ronronnement des voitures, le miaulement d’un chat, les voix de plus en plus lointaines, le bruit du vent qui se mélangeait au secouement des feuillages.

‘’Quand vient ton copain ?’’

Tout respirait la vie, ici, autour d’elle. Elle emprunta un sentier, descendit un escalier en pierre, traversa un champ d’herbes, sentit les caresses légères sur ses jambes. Elle rencontra une coccinelle, posée sur un brin d’herbe à la hauteur de son genou.

‘’Prends-là, fais un vœu, et dès qu’elle ouvrira ses ailes, il sera réalisé.’’

A quoi bon essayer ? Elle détourna son attention de l’insecte et son regard se reposa sur une masse multicolore au loin. Elle se dirigea vers les tulipes, les violettes, les marguerites,  s’accroupit et en cueillit quelques-unes. Elle trouva quelques pissenlits, en prit une, souffla sur l’aigrette. Les akènes se dispersèrent dans l’air, virevoltant au rythme du vent. Certains se contentèrent de rester à la même hauteur, d’autres tentèrent de s’élever de plus en plus.

‘’Les humains sont tous différents. Certains se limitent à ce qui est à leur portée.  D’autres se fixent de grands objectifs, voire d’atteindre le sommet.’’

…Ah oui ? Pourquoi faire ?… elle n’en avait plus la moindre idée. Pour l’instant, elle ne voulait, du moins ne pouvait, que se contenter de faire ce qu’elle avait à faire. Son esprit se vida peu à peu de toute mélodie et, le bouquet fini, elle enroula les tiges dans un mouchoir pour les garder facilement ensemble. Elle se redressa et poursuivit son chemin. Elle n’entendit que le son de ses bottes se renforcer au contact de la terre qui devint de plus en plus boueuse au fur et à mesure qu’elle s’enfonçait dans la forêt. La marche se fit plus rugueuse mais elle ne s’en souciait pas. Elle poursuivit son chemin, qu’elle connaissait par cœur. Après cet arbre au tronc creusé, il fallait tourner à gauche, continuer jusqu’au double terrier de lapins, puis de nouveau tourner.

Sur sa route, elle trouva une grande pierre ovale, lisse sur les deux faces mais craquelée autour. Elle le prit.

‘’Pouvoir être auprès de la nature, c’est un des plus beaux cadeaux de la vie.’’

D’accord, elle l’accorderait ce souhait.

Voilà. Elle était arrivée. Devant elle se tenait un tronc à demi coupé, dont l’écorce était fendillée.  Elle s’assit à ses pieds, dégagea soigneusement l’espace des feuilles et des branches. Creusa un demi trou. Lorsqu’elle le jugea assez profonde, elle plaça le bas de la pierre, en l’enfonçant un peu pour le maintenir stable. Elle reboucha autour et étala de nouveau la terre, de façon à ce que le sol soit entièrement dépourvu de défauts.

‘’Regarde comme elles sont magnifiques.’’

Elle posa délicatement le bouquet, face à la pierre. Les couleurs vives des pétales contrastaient élégamment avec l’ombre des feuillages. Elle contempla les fleurs durant quelques instants. Un moineau vint se poser au-dessus d’un arbre, observa la scène, et reprit son envol.

Elle plaça une mèche derrière son oreille, remonta ses genoux contre sa poitrine et les enroula de ses bras. Elle souhaitait laisser le temps s’écouler, sans rien faire, seulement rester ainsi, loin de cette vie quotidienne qui poursuivait son cours malgré tout. Elle voudrait simplement rester ici, près d’elle. Elle qui l’accompagnait dans son enfance. Elle qui lui avait fait découvert cet endroit tranquille. Elle qui lui a permis d’être ce qu’elle est aujourd’hui.

Elle se racla la gorge deux fois, avant de pouvoir murmurer :

-Voilà, je te l’ai fait. J’espère qu’elle te plait.

‘’Merci.’’

Ce mot lui caressa en même temps qu’une petite brise.

Sa gorge commença à lui brûler, ses yeux à lui piquer. Elle pinça ses lèvres, refusant de tout lâcher maintenant. Cette bouffée d’émotion lui était venue si soudainement qu’elle avait eu la sensation de se réveiller d’un long rêve, de découvrir que ce rêve n’était que la réalité. Pour la première fois, elle sut vraiment où elle était. Elle était encore vivante, elle, et vivait dans ce monde, et nulle part d’autre, et continuait à vivre. Elle enfouit son visage dans ses genoux.

‘’Je suis fière de toi.’’

-Non…

Elle ne put se retenir plus longtemps. Tous les sentiments qu’elle contenait en elle se déversèrent brutalement, se transformant en pleurs et en cris incessants. Les sanglots secouèrent son corps devenant de violents spasmes qu’elle ne pouvait arrêter.

Pourquoi était-elle dans cet état ? Elle s’était pourtant doutée que ce jour arriverait, elle s’y était préparée, alors pourquoi ? Etait-ce due à sa faiblesse ?

‘’Lève la tête.’’

Elle s’exécuta, comme si son corps était programmé pour obéir à sa voix.

‘’Ma fille chérie.’’

-Maman…

Ce mot semblait la consumer de l’intérieur dès qu’elle le prononça. Mais à cette sensation s’ajoutait une chaleur cette fois-ci apaisante, une chaleur qu’elle avait côtoyée durant toute son enfance, lorsqu’elle était encore à ses côtés.

‘’Et je le serai toujours.’’

Son cœur s’était vidé de tout ce poids qu’elle s’était obligée de garder. A présent, elle était gagnée d’un vague sentiment de liberté, et arrivait enfin à contrôler ses tremblements.

‘’Je serai toujours à tes côtés.’’

Elle inspira, expira. Elle sentit une légère étreinte, un souffle frais contre sa joue.

‘’Je te soutiendrai. Peu importe ce qu’il t’arrivera, je te protègerai.’’

Une coccinelle vint se poser sur une violette.

‘’Je prierai pour que tout tes vœux se réalisent.’’

Elle leva la tête. Le ciel était à présent teinté d’une couleur encre mais, étrangement, elle n’en était nullement inquiète. Elle se sentait aussi légère qu’une plume. Elle surprit un akène se reposer durant quelques instants sur une feuille d’arbre, avant de continuer à virevolter de plus en plus haut.

‘’N’ai pas peur des obstacles. Sois capable de te lancer des objectifs, et fais toujours de ton mieux. ‘’

Une nuée d’oiseaux traversa l’obscurité, leurs ailes en mouvements donnant des éclats furtifs.

‘’Vis ta vie.’’

Oui. Elle allait faire comme d’habitude. Faire de son mieux, se relever après chaque échec, persévérer. Et, un jour, devenir comme elle, une femme forte qui saura transmettre à ses enfants le courage et l’amour dont elle en est dotée.

Ses lèvres esquissèrent un sourire, à peine visible, certes, mais bien présent.

-Je t’aime…

‘’Moi aussi. Je t’aime, ma chérie’’.

Après avoir jeté un dernier coup d’œil à la petite tombe, elle rebroussa chemin.

On pouvait peut-être la voir faire demi-tour,  mais intérieurement, elle poursuivait sa route, sans se retourner, avec près d’elle cette personne qui lui était chère.

Elle continue et continuera à vivre en conservant sa détermination intacte.

Elle sortit des bois et se dirigea chez elle, dans un monde où tous l’attendait et la soutiendrait.

 

Même si tout ne parait pas rose, il y aura toujours de ces jours où le soleil brillera de mille feux.




Blog du niveau intermédiaire |
Cpscout |
Englishstories |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 3teenags
| Melissa vous dis tous ...
| Le blog de Christie