Archive pour la Catégorie 'Histoire: Face Inconnue'

Face Inconnue: Chapitre 1

Chapitre 1 : Choc

 

-Tu es libre, après les cours ? Je voudrais te parler.

Jennifer sentit son cœur rater un battement, à l’invitation de Roméo, et manqua de s’étouffer avec un morceau de poulet. Tant de pensées se bousculaient dans sa tête, mais le mot qui revenait le plus souvent était : enfin ! Enfin, le moment qu’elle attendait tant était arrivé ! Enfin, elle allait devenir la Juliette de son Roméo ! Enfin, elle pourrait… non, non il y avait tout de même environ 5% de chances que ce ne soit pas pour ça. Ces monstrueux 5% étaient à prendre au sérieux. Mais la plus grande part d’elle ne pouvait s’empêcher de sauter de joie intérieurement. Elle fit mine de prendre un air surpris, et répondit :

-Oh, bien sûr.

-A tout à l’heure, alors.

Après qu’il soit parti, elle s’autorisa à sourire béatement. Ah, son rêve allait enfin devenir réalité. Elle se doutait que ce jour arriverait, même si elle ne s’attendait pas à ce que Roméo la vienne voir à la cantine. Laura lui donna un coup de coude.

-Tu vas enfin sortir avec lui !

-Félicitations, renchérit Justine.

-Rien n’est encore sur, dit Jennifer.

Son principal défaut était de crier victoire trop vite, ce qui lui avait causé plusieurs fois de fausse joie. Par ses échecs, elle avait appris que tout pouvait arriver, qu’il ne fallait pas toujours prendre ses désirs pour la réalité.

Mais alors, pourquoi Roméo souhaitait-il la voir, si ce n’est de lui faire une déclaration ? Ces derniers temps, elle sentait parfaitement qu’ils se rapprochaient. Il la raccompagnait souvent chez elle, prenait toujours de ses nouvelles. Et puis, il y avait eu ce fameux mardi soir. En rentrant chez elle avec Roméo, la conversation avait dévié sur le sujet de l’amour. Jennifer en avait alors profité pour lui demander :

-Et…tu as une petite amie ?

L’intéressé avait alors nié, un sourire gêné aux lèvres, en la regardant droit dans les yeux.

-Non, mais j’aimerais bien…

Oui, c’était certainement ça, elle ne pouvait avoir tort ! De la cinquième jusqu’à aujourd’hui, en première, elle n’avait d’yeux que pour lui. Elle se rappelait parfaitement l’avoir remarqué pour sa générosité et son calme. A cela s’ajoutait son joli minois encadré de magnifiques boucles bruns, elle avait eu le coup de foudre pour lui. C’était la première fois qu’elle éprouvait un sentiment aussi fort que l’amour, et elle en était heureuse. Jusqu’en seconde, elle n’avait pas eu le courage de lui adresser la parole. Lorsqu’elle se retrouva dans sa classe, elle s’était dit que c’était le destin pour se motiver, et décupla tout ses efforts pour se rapprocher autant que possible de lui. Même si elle était consciente qu’elle avait un physique banal, elle faisait de son mieux pour mettre en valeur sa féminité. Chose qui était loin d’être facile pour elle, un garçon manqué. Mais à présent…oui, à présent, elle allait être récompensée !

Elle avait l’impression d’être sur un petit nuage et d’avoir un bonheur si grand que si elle le partageait avec cent personnes, il lui en resterait encore beaucoup.

Elle regarda ses deux amies, qu’elle avait rencontrées en seconde. Laura et Justine étaient toutes les deux très jolies, et assez coquettes. Jennifer les enviait pour leur féminité et leur physique de rêve. Mais l’amitié qu’elle portait envers elle était plus forte que tout. D’ailleurs, elle leur en était reconnaissante.

-Merci beaucoup de m’avoir soutenue et encouragée !

-C’est tout à fait normal, on sera toujours là pour toi ! Répondit Justine.

Décidément, Jennifer était vraiment chanceuse. Elle remercia en silence Dieu de lui avoir donné une vie aussi parfaite.

Les deux heures de cours suivantes lui semblèrent être un supplice insupportable. Elles semblaient passer à une lenteur impitoyable. Jennifer jetait un coup d’œil à sa montre presque toutes les 2 minutes. Aussi décida-elle de la ranger dans son sac.

Au cours d’anglais, elle surprit un regard de Roméo qui lui était adressé. Elle dut se faire violence pour ne pas crier un ‘’Je t’aime !’’ devant tout le monde.

Vint ensuite la pause. Avec ses deux amies, Jennifer alla aux toilettes afin de vérifier son apparence. Tout en murmurant : ‘’plus qu’une heure…’’, elle s’observa minutieusement dans le miroir.

-Faut qu’on te laisse, on doit aller voir quelqu’un, l’informa Laura.

-Okay !

La glace reflétait la petite silhouette d’une jeune fille, dont les cheveux châtains mi- longs étaient coiffés en queue-de-cheval. Le visage était assez banal, avec une peau mate et des yeux marron. Aujourd’hui, elle ne portait qu’un simple T-Shirt noir et un pantacourt. Rien de bien spécial…

Avec un soupir, elle détacha sa queue-de-cheval et laissa ses cheveux descendre dans son dos. Elle regarda son reflet droit dans les yeux, et lança à elle-même :

-Allez, c’est bientôt !

Quand elle sortit des toilettes, elle chercha des yeux ses amies. Un garçon de sa classe avec qui elle s’entendait bien passa devant elle.

-Gérôme, tu as vu Laura et Justine ?

-Oui, je crois qu’elles sont dans le couloir avec Roméo.

Avec Roméo ? Que pouvaient-elles bien lui dire ? Non, elle leur faisait entièrement confiance. Elle savait qu’elles ne diraient rien de fâcheux. Mais sa curiosité la poussa à aller voir.

Il ne lui fallut pas bien longtemps pour les repérer. Ils s’étaient installés sous les escaliers. Elle s’approcha discrètement d’eux, à pas de loup, et eut l’idée de leur faire peur.  Une idée puérile, certes, mais cela lui était égal.

Alors qu’elle se préparait à lancer un ‘’BOUH !’’, elle entendit son prénom dans la conversation. Puis suivit de la phrase :

-…trop marrant !

Mmh ? Qu’est-ce qui serait marrant ? Elle s’assit sur les marches et tendit l’oreille, dans l’intention de n’en écouter qu’une partie.

-Faudra pas que j’oublie la caméra dans mon casier, s’exclama la voix de Laura

-Oui, ce serait trop dommage. Trop hâte de voir sa tête ! Se réjouit Justine.

-Et toi, t’as intérêt à bien jouer la comédie.

-Tu me prends pour qui, j’ai bien tenu pendant presque un an et demi ! Répliqua Roméo d’un ton étrangement arrogant.

Roméo ? Arrogant ? Non, ce n’était pas possible… et quelle comédie ?

-T’as vu sa tronche tout à l’heure, quand t’es venu lui parler à la cantine ?

-Ouais, c’était exactement la même que quand je lui avais dit que je voudrais avoir une meuf !

-En ce moment, elle est persuadée que tu lui demanderas de sortir avec elle !

-Pff, elle a rien dans la cervelle ! Dit Roméo. Qui voudrait d’une grognasse pareille ! Elle s’est pas regardée dans un miroir ou quoi ?

-Mais grave ! Renchérit Justine. Bon, restons un peu sérieux, c’est pas encore fini. Tu sais ce que tu dois faire, hein ?

-Ben ouais, l’attirer dans un bois, lui faire une soi-disant déclaration, l’embrasser, la toucher…

-Pendant que nous, on filme, compléta Laura. Ça va faire un de ces buzz !

-Ouais, je suis sure qu’elle sera excitée, cette sale dinde.

-Et dire qu’elle m’aimait depuis un bail, elle osera même plus revenir en cours !

-J’ai trop hâte ! Imagine qu’elle se suicide.

-Rien à foutre, cracha Roméo. Ça va faire de la peine à personne, au contraire. Au moins, elle rejoindra ses vieux.

Coup de tonnerre.

Gouffre profond.

Noir complet.

Du moins, c’était ce qu’il y avait dans l’esprit de Jennifer. Quel horrible cauchemar, il fallait qu’elle se réveille. Mais la sonnerie lui prouva que tout était bien réel. Ah, la réalité… donc il fallait qu’elle aille en cours de maths… Ses jambes la portèrent automatiquement devant la salle, sans qu’elle ne soit vraiment consciente. Elle avait l’impression d’être coupée du monde, de ne plus être qu’une marionnette obéissant au rythme du quotidien.

Elle n’entendait qu’une espèce de bourdonnement incessant, comme si ses oreilles ne fonctionnaient plus correctement. Quel jour était-on ? Elle l’ignorait, elle avait perdu la notion du temps. Deux heures pouvaient bien passer, elle ne le remarquerait pas. Pourquoi était-elle dans cet état ? Elle ne le savait pas, du moins elle refusait de l’admettre. Il lui semblait que sa vie venait de s’arrêter d’un coup, que toute trace de sentiment l’avait abandonnée. Oui, elle n’avait même pas la force de ressentir quoi que ce soit. Tout s’était effondré en l’espace de trente secondes, et elle était perdue.

Tous ses gestes se firent inconsciemment. Tout le monde, en la voyant, pourrait penser qu’elle se conduisait normalement, pas comme une adolescente de 16 ans qui venait de perdre ses deux meilleures amies et son amour de toujours.

La sonnerie de fin de cours déclencha en elle une phrase, qu’elle connaissait depuis longtemps :

« Tout peut arriver. »

Jennifer reprit conscience peu à peu et, la première chose qu’elle fit fut de rassembler à la hâte ses affaires et de partir. Partir avant que Roméo ne le rattrape, partir avant de participer à cet horrible jeu dont elle en serait la victime.

Elle courut à perdre haleine, et cette course lui permit de faire le tri dans son esprit. Aujourd’hui était vendredi, elle venait de terminer sa journée de cours. Elle allait rentrer, s’affaler sur le canapé, prendre un goûter, regarder la télé, manger, se doucher, faire ses devoirs, lire un livre, écrire, dormir, oui comme d’habitude… non, il n’y a rien eu aujourd’hui…non, mes amies ne m’ont pas trahies, non, Roméo n’est pas un mec cruel, non, tout va bien…

Elle arriva dans une rue calme que peu de gens empruntaient et s’effondra d’épuisement. Entre deux souffles, elle s’écria :

-J’VAIS PARFAITEMENT BIEN !!

Elle fuyait la réalité, mais se retrouva dans une impasse, et n’eut d’autre choix que de l’accepter.

-J’y crois pas…

Un sentiment de désespoir commença à lui serrer violemment le cœur.

-C’est pas vrai…

Une succession de souvenirs envahit brusquement ses pensées. Le jour où Laura et Justine étaient venues déjeuner avec elle, quand elle était seule. Le premier sourire chaleureux que Roméo lui avait adressé. Les secrets qu’elle avait partagés avec ses amies. La discussion remplie de fous rires qu’elle avait eus avec l’élu de son cœur.

Et lui revint la conversation, qui lui avait révélé le vrai visage des interlocuteurs.

Elle attendit que les larmes jaillissent, mais ces dernières refusèrent de couler.

« Au moins, elle rejoindra ses vieux. »

Tout à coup, tout son corps vibra de rage, de haine. Une envie d’aller leur donner une grosse raclée lui donna la force de se relever. Non, elle ne devait pas rester ainsi à s’apitoyer sur son sort, alors que ces hypocrites devaient être en train de se réjouir. Elle pleurerait  quand elle leur montrerait qui était vraiment Jennifer Gracia, avant de connaitre l’amour et devenir une fille plus docile.

Se sentant plus vivante, elle reprit sa course vers le lycée. Lorsqu’elle tourna à l’angle de la rue, elle reçut un choc qui la renversa par terre. Elle venait de percuter quelqu’un.

-Aie…fit-elle tout en levant les yeux vers l’inconnu.

C’était un jeune garçon qui devait avoir à peu près son âge. Il avait de courts cheveux blonds et des yeux d’un bleu océan. Il la dévisagea avec une grimace.

-Désolée… s’excusa-elle.

-Non, non, c’est moi, euh, oui, euh…

« Il a l’air vraiment paniqué » pensa Jennifer, intriguée.

Il se releva rapidement et elle fit de même.

-Reste pas là, y a des gens dangereux ! L’ordonna-il subitement.

-Hein ?

-Allez, va-t’en, vite !

-Mais, que…

Soudain, un hurlement la fit sursauter.

-TU VAS MOURIR !

Elle vit par-dessus l’épaule du garçon un homme massif courir vers eux…  un bazooka à la main.

-La classe…se contenta-elle de lâcher.

-Il court vite le gros lard…commenta le jeune entre ses dents.

L’homme pointa son arme vers eux et fit feu. Jennifer était sure de le prendre en plein fouet si l’adolescent ne l’avait pas poussé de côté.

Sans qu’elle ne s’y attende, elle fut soulevée par un bras et entrainée dans la fuite du garçon.

-Eh, mais pose moi !

Il ne semblait pas l’entendre.

-Eh, je te dis de me laisser ! Reprit-elle en s’agitant.

-Mourir par un bazooka, ça te va alors ?

-Euh…

Le garçon courait à une vitesse hors du commun. Elle vit tout à coup un objet longiligne s’approcher dangereusement d’elle. Elle n’eut pas le temps de s’apercevoir que c’était un réverbère avant de se le prendre dans la tête. Il lui sembla entendre son porteur lâcher un juron, et elle perdit connaissance.

A suivre…

Face Inconnue: Prologue

Thème: Action, Mystères, Romance

Age conseillé: à partir de 13 ans

Résumé:

Jennifer est une fille qui se sent épanouie. Elle a de supers amies, et se rapproche de plus en plus de son amour de toujours, Roméo. Mais lorsqu’elle apprend l’horrible vérité, tout s’écroule autour d’elle. Peu après, elle rencontre alors un mystérieux garçon poursuivi par un géant avec un bazooka. Elle n’a pas le temps de souffler que le garçon l’emmène malencontreusement avec lui. Jennifer découvre alors une nouvelle facette du monde qui l’entoure, une facette dont elle n’aurait jamais soupçonné l’existence. Elle se retrouve malgré elle en plein dans un conflit qui menace de se transformer en une guerre meurtrière. Et pour pouvoir survivre, elle n’a pas d’autre choix que…

Prologue

 

-Plus vite !

 Mardi 23 mars, 3:02. C’était une nuit de pleine lune, sans étoile. Le noir encre du ciel se déployait au-dessus des maisons, où dormaient paisiblement ses occupants. Chacun se reposait tranquillement en prévision d’une nouvelle journée. Parmi ces gens, on trouvait des bébés, des écoliers, des collégiens, des lycéens, des étudiants, des employés de bureaux, des mères aux foyers… Des personnes qui vivaient normalement.

  Dans une rue lugubre, qui, d’ordinaire, était rarement empruntée, où les lampadaires ne marchaient pas, une ombre se déplaçait rapidement. Puis vint une autre. Ainsi qu’une troisième. La première était plus massive que les deux autres, qui étaient des adolescents, et transportait une boîte dans ses bras. Son souffle irrégulier indiquait que la course l’épuisait progressivement.

  -Dépêche-toi, il va nous échapper ! Cria à nouveau la deuxième silhouette.

  -Ça va, ça va, soupira la troisième personne.

   Soudain, une sorte de masse tomba radicalement du ciel, barrant le passage à la deuxième personne. Ses lunettes luisaient dans l’obscurité et un rictus déforma ses lèvres.

  -Jouons un peu, d’accord ?

  -Cédric, continue de poursuivre l’autre cinglé, dit le troisième garçon à son compagnon. Je m’occupe de ce cas-là.

  -Pas de problème. Meurs pas, Antho !

   Cédric réussit sans mal à dépasser le nouveau venu, qui ne tentait pas de l’en empêcher.

   -De toute façon, c’est trop tard, ricana ce dernier.  Alors c’est seulement avec toi que je vais m’amuser ?

   -Désolé, mais je peux pas perdre mon temps avec toi. Si tu tiens tant à jouer, trouve-toi une baby-sitter !

   Pendant ce temps, Cédric avait perdu la trace de l’homme qu’il poursuivait durant quelques secondes, avant de le retrouver qui tournait à un angle de la rue. Il accéléra, jusqu’à se confronter nez à nez à lui. C’était une impasse, ce qui réjouit Cédric.

  -T’as pas de chance mon gars…t’as pas idée de ce qu’on fait aux traîtres comme toi, au Caméléon.

 L’homme à la boite ne sembla pas ébranlé par les menaces de son poursuivant. Au contraire, il laissa échapper un rire triomphant, ce qui surprit Cédric.

  -Tu perds la boule ou quoi ?

 En guise de réponse, l’homme sortit de sa poche un objet ovale, de la taille d’un bouchon plastique. Malgré sa petite taille, cela suffit à faire frémir le jeune garçon.

 -Tu…tu sais ce que c’est ? Balbutia-il en le montrant du doigt, les yeux écarquillés.

 L’homme rit derechef, avant de jeter l’objet à terre. Lorsqu’il toucha le sol, de la fumée d’un rouge étrange s’échappa brutalement de lui. L’homme avait déjà disparu de façon mystérieuse, laissant Cédric seul. Il voulut reculer mais une filée de fumée commençait déjà à l’effleurer, jusqu’à remonter le long de son bras. Ce contact suffit à lui faire perdre tout contrôle de son corps, et il s’écroula en toussant violemment.

 Il réussit à jurer, avant de perdre toute conscience.

 Cette fumée inconnue, mystérieuse, qui permettait de tuer efficacement en silence, continua à se propager dans l’obscurité de la ville endormie, avant de s’évaporer pour de bon.

A suivre…




Blog du niveau intermédiaire |
Cpscout |
Englishstories |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 3teenags
| Melissa vous dis tous ...
| Le blog de Christie